Ostéopathie/Etiopathie

Chloé est diplômée en ostéopathie, Ecole de l’IFSOR depuis 2017.

L’ostéopathie permet une prise en charge plus complète de l’athlète car le thérapeute recherche la cause du problème et ne traite pas uniquement le symptôme conséquent à cette cause.

Chloé travaille selon le modèle fondamental ostéopathique structurel. C’est donc une thérapeute qui travaille essentiellement par manipulations structurelles.

Ce modèle théorique s’appuie sur une règle fondamentale: la structure génère la fonction. Quand on parle de structure en ostéopathie on parle du système ostéo-articulaire.  La fonction elle-même entretiens la structure si et seulement si la structure est en état de santé optimal. Cet Etat de santé est défini comme la capacité du tissu à supporter les contraintes mécaniques.  Cette Etat peut être grossièrement résumé à la notion d’élasticité du tissu. Celle-ci peut-être diminuée suite à des séquelles d’anciennes blessures telles que entorses, tendinites nécessitant du repos etc… l’ostéopathe procède donc a une enquête tissulaire visant à mettre en évidence ces pertes de mobilité dues aux tissus cicatriciels et son traitement vise à restaurer cette mobilité perdue.  Si la structure est plus apte à se déformer , elle est plus apte à supporter les contraintes mécaniques répétées dans l’espace et le temps et la fonction s’en trouve améliorée.

Dans ce domaine Chloé est spécialisée dans la prise en charge des sportifs et jeunes sportifs (11-18 ans). Elle travaille depuis 2 ans en collaboration avec le Lausanne Sport (M11-M15). Elle est également l’ostéopathe de la première équipe du Star Forward (hockey sur glace) depuis 4 ans.

Elle est spécialisée dans la prise en charge des pathologies du pied chez les athlètes (spécialement les coureurs à pieds ), son mémoire en ostéopathie portait sur le sujet de la ténodèse du FHL chez les sujets sportifs. Chloé travaille en étroite collaboration avec le podologue Arsène Ayebi.

Chloé prend en charge également les femmes enceintes, pathologies ostéo-articulaires et les  enfants.

Les commentaires sont clos.